Au centre, Marie Pachebat, licenciée à l'Aviron Bayonnais, fait aussi partie de l'équipe de France Espoir
© Ville de Bayonne - Mathieu Prat 

Sport

Marie Pachebat, des titres à la pelle

Marie Pachebat rame à l'Aviron Bayonnais depuis qu'elle a douze ans. Elle enchaîne les titres, dont celui de vice-championne de France quatre années de suite et vice-championne d'Europe avec l'équipe de France dont elle fait partie.

Publié le

Sa participation aux Mondiaux junior en Bulgarie en 2018 lui laisse un de ses plus beaux souvenirs. Plus récemment, l'annulation des championnats de France 2020 pour cause d'intempéries a en revanche causé quelques frustrations. De vice-championne, elle espérait devenir championne tout simplement. Il lui faut maintenant attendre juin 2021 pour espérer gravir la première marche du podium des championnats nationaux. Et pour l'atteindre, pas de miracle, mais un entraînement bi-quotidien, sur la Nive ou en salle, et du mental.

Trouver la bonne équipière

Marie a navigué sur différents bateaux, courts et longs, mais s'est spécialisée en pointe (rame à une seule pelle) il y a plusieurs années. Et c'est une gageure de trouver co-équipière à son niveau. "D'autant que je m'entraîne en club et non en pôle comme la plupart des filles de mon niveau", explique-t-elle. Ce qui  rend ses performances plus discrètes, moins "repérables".
Le mois de novembre, qui marque le démarrage d'une nouvelle saison, sera décisif avec une première compétition qui se déroulera au niveau régional. Elle sera l'occasion pour Marie de faire des essais d'apairrage, des tests de partenariats. En fonction des résultats, il reviendra ensuite à la Fédération d'aviron de constituer les apairrages qui représenteront la France aux championnats d'Europe, aux Mondiaux et aux Jeux olympiques en 2024, auxquels Marie espère participer. Ce serait une consécration pour cette sportive de haut niveau.

Une bonne capacité d'adaptation

S'adapter à de nouvelles partenaires, à la taille du bateau, aux enjeux de l'équipe... La discipline est ainsi faite. Au-delà de la puissance physique dont il convient d'être doté, il faut aussi savoir faire preuve de souplesse et de capacité d'adaptation. "La persévérance est aussi une vertu indispensable," complète Marie. "J'ajouterais qu'elle est dure au mal. Elle encaisse bien, connaît peu de déperdition à l'effort," renchérit Frédéric Sardan, son entraîneur.  Une résistante, donc. 
Avec l'Aviron Bayonnais, le défi lancé pour 2021, c'est d'amener un huit féminin à décrocher la médaille d'or aux championnats de France, "parce que le huit, c'est la formule 1 de l'aviron. Il est en effet difficile de trouver huit filles de bonne qualité," commente Frédéric Sadran. Il les a trouvées. Et classé troisième club français derrière Grenoble et Paris, l'Aviron Bayonnais peut sereinement afficher cette prétention.