• [Aller au menu]
  • Carlos Saura : España años 50

    © Ville de Bayonne
    Du 6 février au 24 avril 2016

    Cette exposition présente en avant-première une sélection inédite de 92 photographies réalisées dans les années 50 par le grand réalisateur Carlos Saura lors de ses voyages à travers l’Espagne.
    L’exposition de photographies de Carlos Saura, qui met en lumière huit séries en noir et blanc sur l’Espagne d’après-guerre (Cuenca, l’Andalousie, Madrid, la Castille…), revêt une dimension toute particulière au quartier Saint-Esprit, marqué par cinq siècles d’immigrations espagnoles.
    Exils religieux, politiques, de guerres ou de travail sont autant de conséquences qui marquent les instabilités politiques et économiques de l’Espagne depuis l’Inquisition. Ce mouvement migratoire est particulièrement marqué à partir de la Guerre civile d’Espagne. Dès 1936, des milliers de migrants espagnols affluent à la frontière ou arrivent à Bayonne par cargos. Après la Seconde Guerre mondiale, des familles s’installent durablement et occupent des emplois plutôt industriels. La présence ibérique anime pleinement la vie associative et culturelle de Saint-Esprit aujourd’hui.


    Sans titre 2

    Programme expo Sans titre 2
    Du 4 au 22 mai 2016

    Sous-titrée "Sous[-]Tension", cette exposition propose un regard croisé entre les œuvres de huit artistes contemporains autour de la notion de Guerre et Paix, pour faire écho à l’exposition Traité de Paix de DSS2016. Les huit plasticiens retenus par le collectif ARCAD travaillent en Aquitaine. Leur approche témoigne d'une vraie réflexion sur la création et d’une réelle maîtrise des médiums abordés : installation, céramique, productions protéiformes, dessin, gravure, photographie. L'espace scénographié par le commissariat d'exposition propose au visiteur une déambulation entre les œuvres, un parcours à appréhender dans sa globalité et ses subtilités.

    Sans titre 2 fait partie du « Mai des arts » à Bayonne, nouvelle initiative qui regroupe de nombreuses propositions artistiques dans différents lieux de la ville et qui se termine par les Parcours d’Artistes du 20 au 22 mai et la Nuit des Musées le 21 mai.
    > Télécharger le programme Sans titre 2 (pdf)


    1808 - L'Abdication à Bayonne : ornement et délit

    Du 3 juin au 25 septembre 2016
    Coproduction : DSS2016, Ville de Bayonne

    Projet phare de la collaboration qui marquera l’année DSS2016 à Bayonne, l’exposition Traité de paix propose un parcours exceptionnel et original au travers des représentations de la paix dans l’histoire de l’art. Elle s’inscrit dans le programme appelé Phare de la Paix : 21 musées européens collaborent à cette exposition internationale qui propose une vision culturelle de l’Histoire en déclinant une série de représentations imaginaires et symboliques de la figure de la paix. 
    Ce programme propose une exposition « épicentre » au musée San Telmo à Donostia (pour laquelle des œuvres du musée Bonnat-Helleu et du musée Basque et de l’Histoire de Bayonne ont été sélectionnées), du 17 juin au 6 octobre 2016, et des expositions dites « études de cas » qui se déclinent simultanément sur différents musées du Pays Basque Nord et Sud, compte tenu des faits historiques spécifiques.

    A Bayonne, deux expositions - études de cas - se feront écho de part et d’autre de l’Adour : l’une au musée Basque et de l’histoire de Bayonne « 1660 - La Paix des Pyrénées : politique et famille - L'esprit de Velázquez», une mise en scène par Velázquez et Le Brun, et la seconde au DIDAM : « 1808 - L'Abdication à Bayonne : ornement et délit », Napoléon 1er et Joseph Bonaparte dans leurs jardins, au DIDAM. Toutes deux seront inaugurées le 2 juin et présentées au public du 3 juin au 25 septembre 2016.
    Commissaires : José Ramon Aiz et Olivier Ribeton
    L’exposition au DIDAM peut être vue comme la traduction d’une guerre en paysage. Son propos n’est pas tant de rappeler les faits historiques de l’abdication des Bourbons d’Espagne au profit de Joseph Bonaparte à Bayonne, mais plutôt de privilégier un traitement contemporain de cette période en opposant le tragique de la guerre à l’agrément des jardins créés par les souverains.

    1808 - L'Abdication à Bayonne : ornement et délit contextualise historiquement les abdications en matérialisant le « Jardin de la guerre d’indépendance ». A partir des plans et dessins de la décoration intérieure du Palais de Marracq, aujourd’hui en ruines, José Ramon Ais a créé une décoration fictive pour l’intérieur du palais, un mur photographique  réalisé selon le modèle original du lieu où se sont produites les abdications. Le mur offre la vue d’un paysage, en réalité une vue du « Jardin de la guerre d’indépendance » qui reproduit la scène des abdications au moyen d’éponymes végétaux. L’espace du DIDAM se transforme en un jardin paysagiste dans lequel nous entrons et rencontrons les œuvres de plusieurs artistes contemporains qui réfléchissent et multiplient les points de vue de l’ornement et du délit. Le « délit » est à la fois le guet-apens tendu par Napoléon 1er à Bayonne et l’invasion française de l’Espagne suscitant la guerre d’Indépendance. L’« ornement » s’applique à la fois à Joseph Bonaparte, ainsi surnommé par son frère l’Empereur, et aux réalisations paysagères des hommes de pouvoir de l’époque qui, de plus, donnent leur nom à des plantes ou à des fleurs découvertes par les botanistes.

    L’artiste sélectionné par les commissaires espagnols est José Ramon Ais Larizgoitia, résidant à Bilbao, qui consacre ses travaux à la mise en scène du monde végétal par la photographie et par des inventions conceptuelles reliées au monde des jardins. Les œuvres de l’artiste seront exposées au DIDAM en contrepoint d’œuvres d’autres artistes contemporains : Ian Hamilton Finlay, le collectif Agustín Parejo School, Miguel Brieva, Federico Guzmán, Alberto Baraya, Alvaro Perdices.


    Jeu de balle

    Exposition Jeu de balle visible du 7 au 30 octobre 2016 au DIDAM
    © Frédéric Lefever
    Exposition Jeu de balle visible du 7 au 30 octobre 2016 au DIDAM
    © Frédéric Lefever
    Du 7 au 30 octobre 2016

    Frédéric Lefever a parcouru le Pays Basque français et espagnol, ainsi que le Gers, la Gironde, les Hautes-Pyrénées et les Landes, durant l’année 2013, pour photographier 220 frontons de pelote basque. Cette série photographique s’est construite autour d’un même sujet, un mur de jeu, dont les formes, les couleurs et les matériaux sont d’une infinie variété, et selon un point de vue systématiquement frontal.
    A travers son objectif, Frédéric Lefever a capté le symbole emblématique d’un territoire et d’une culture : le fronton basque. A la fois terrain de jeu et lieu de vie, espace de compétition autant que de socialisation, le fronton incarne une culture et un état d’esprit. Projet artistique et documentaire, Jeu de balle est une itinérance dans le Sud-Ouest, à travers ses pratiques sportives – la pelote basque – et ses formes architecturales – le fronton – emblématiques. Derrière les frontons se profilent chaque fois les paysages, urbains ou naturels.

    L’exposition Jeu de balle, qui présentera une dizaine de photographies de grand format, a été conçue comme une exposition itinérante en Aquitaine. Elle sera inaugurée le 19 mai à 18h30 au FRAC Aquitaine - le volet présenté à la Galerie Arrêt sur image à Bordeaux sera inauguré le même jour à midi - et le 7 octobre au DIDAM à Bayonne en collaboration avec le centre d’art IMAGE/IMATGE d’Ortez.


    Lucien Clergue

    Exposition de Lucien Clergue visible début novembre 2016 à mi-janvier 2017 au DIDAM
    © Lucien Clergue

    Début novembre 2016 à mi-janvier 2017
    Coproduction : Atelier Lucien Clergue, Ville de Bayonne

    L’exposition de cette figure emblématique de la photographie présentera une sélection d’environ 80 photos en noir et blanc, sur les thèmes privilégiés de l’artiste «tauromachie, sables, nus, gitans». Elle inaugure le Mois de la photographie en novembre à Bayonne, nouvelle initiative culturelle de la Ville de Bayonne qui aura vocation à rayonner sur plusieurs sites et dont l’épicentre sera au DIDAM. 
    C’est grâce à la complicité de sa veuve, Yolande Clergue et de sa fille, Anne Clergue, que des œuvres de cette grande figure de la photographie seront présentées à Bayonne. L’amitié qui liait Francis Marmande et Lucien Clergue permettra d’intégrer cette exposition dans le cadre du nouveau cycle de rencontres voulues par la Ville de Bayonne qui se déroulera début novembre, « Confluences », présentées par Francis Marmande et Pierre Vilar, comme une suite à la semaine « Hommage à Roland Barthes ».

    Vers le haut

    A lire aussi

    Actualités

    Agenda