• [Aller au menu]
  • Actualité

    Vivre mieux avec moins, l'appel d'un sage

    Yann Arthus-Bertrand, lors de l'inauguration de l'exposition Home
    © Ville de Bayonne - Côté Sud Photo

    "Vivons mieux avec moins", telle fut la proposition de Yann Arthus-Bertrand lors de l'inauguration de l'exposition Home jeudi 23 novembre au DIDAM.

    La proposition, également cri d'alarme lancé par un photoreporter de 71 ans, auteur de documentaires primés, a forcément de l'écho. "J'ai commencé ma carrière à l'âge de 20 ans par un reportage au Kenya, dans une réserve de lions. Il y en avait 400 000 en Afrique à l'époque, il n'en reste que 20 000 aujourd'hui. De même, si nous n'interdisons pas partout dans le monde et ne sanctionnons pas fortement le commerce d'ivoire, les éléphants auront totalement disparu dans dix ans."

    Car au delà des belles images, colorées, contrastées, séduisantes donc, le fond du sujet est bien le déséquilibre inquiétant qui s'exerce aujourd'hui en sacrifiant des populations au profit de la croissance des autres. Alors, oui l'homme témoigne de ce qu'il voit, ce qu'il vit aussi : "je viens tout juste d'apprendre que j'avais la maladie de Lyme, confie-t-il, une maladie de plus en plus répandue. Or, mon médecin lui-même se demandait si son développement n'était pas lié à la disparition d'un des prédateurs des tiques. Nous avons perdu plus de la moitié du vivant en quarante ans !"
    Il écorche tout vif la propension occidentale à la surconsommation, et invite à un renversement des valeurs. "C'est par la bienveillance, la douceur - qu'il incarne d'ailleurs, que nous arriverons à remplir nos vies, de façon plus heureuse qu'en remplissant nos placards, martèle-t-il. L'industrie africaine du textile se meurt. Elle se meurt, parce que les Africains s'habillent maintenant avec les vêtements dont nous ne voulons plus."

    Yann Arthus-Bertrand se fait ainsi l'apôtre de la sobriété. "Rien ne nous oblige à consommer autant. Ce qui m'intéresse, c'est ce que je fais moi, ce que je fais pour changer les choses". A la question : "et le rôle des politiques dans tout cela ?", il répond : "nous avons les politiques que nous méritons ; si nous sommes deux millions dans la rue demain pour refuser le pouvoir des lobbies, les politiques iront dans le même sens. Nous ne sommes pas assez mobilisés pour cela."

    II répète pourtant qu'il est trop tard pour être pessimiste, et observe ici et là quelques initiatives encourageantes. C'est en particulier vers les femmes que l'artiste tourne dorénavant son objectif, en leur consacrant un film : Women, en cours de tournage. Car, "parler des femmes, c'est parler du monde d'aujourd'hui, c'est parler de santé et de disparité, mais c'est aussi parler de courage et d'amour. D'ailleurs, depuis que je tourne ce film, j'ai changé de regard sur ma mère, sur ma femme aussi... Les plus grandes actrices de l'écologie sont des femmes. J'ai voulu leur consacrer un film car elles sont porteuses d'espoir."

    Exposition Home, présentée au DIDAM jusqu'au 14 janvier. Entrée libre. 
    DIDAM, 6 quai de Lesseps, ouvert du mardi au dimanche de 13h à 19h. Fermé le 25 décembre 2017 et le 1er janvier 2018.

    Le public est venu nombreux assisté à l'inauguration ; près de 200 visiteurs sont accueillis chaque jour depuis l'ouverture de l'exposition
    © Ville de Bayonne - Côté Sud Photo
    Yann Arthus-Bertrand, entouré de Sylvie Durruty et d'Yves Ugalde, adjoints au maire
    © Ville de Bayonne - Côté Sud Photo

    A lire aussi

    Actualités

    Agenda