• [Aller au menu]
  • Actualité

    Le dessin, trait d'union entre Raphaël et Léon Bonnat

    Benjamin Couilleaux, conservateur du musée Bonnat-Helleu, et auteur du catalogue "Raphaël, le maître, ses élèves, ses copistes dans les collections du musée Bonnat-Helleu"
    © Ville de Bayonne
    Le catalogue "Raphaël, le maître, ses élèves, ses copistes dans les collections du musée Bonnat-Helleu" est en vente chez les libraires bayonnais au prix de 18 €
    © Ville de Bayonne

    Benjamin Couilleaux, conservateur et directeur du musée Bonnat-Helleu, est l'auteur du livre "Raphaël, le maître, ses élèves, ses copistes dans les collections du musée Bonnat-Helleu". L'occasion d'évoquer la formidable collection de dessins italiens du musée.

    Ce catalogue a été édité à l'occasion de l'exposition consacrée au grand maître de la Renaissance italienne et présentée dans le patio du musée jusqu'au 4 octobre. Constitué de 150 pages, il a été écrit dans le but de valoriser un fonds remarquable du musée. La collection de dessins italiens du musée Bonnat-Helleu est en effet particulièrement riche et le dernier catalogue qui en faisait état date de 1960. Plus récemment, en 2004, un catalogue consacré aux dessins de Léonard de Vinci avait également été édité.

    Léon Bonnat, collectionneur passionné de dessins

    "L'exposition autour de Raphaël et le catalogue s'y rapportant ont été l'occasion de rassembler les connaissances autour de cet artiste. De la recherche biographique à la restauration d'œuvres en passant par les techniques utilisées, leurs provenances et auteurs, nous avons acquis une vue d'ensemble et approfondie de ce fonds, explique Benjamin Couilleaux, auteur de l'ouvrage."
    Parmi les recherches plus abouties figure cette question du goût particulier qu'entretenait Léon Bonnat pour le dessin. En tant que peintre et portraitiste reconnu de la fin du XIXe siècle, Léon Bonnat considérait que Raphaël était l'un des artistes les plus influents de l'histoire de l'art. Par le biais de ses connaissances et de la reconnaissance dont il jouissait - il a notamment été président des Musées nationaux de France, il suivait de près le marché de l'art et a pu procéder à de nombreuses acquisitions, souvent par le biais de ventes aux enchères ; acquisitions qu'il a ensuite léguées à l'Etat pour le musée qui porte aujourd'hui son nom.

    Un intérêt pour le processus de création

    Le musée Bonnat-Helleu possède entre autres richesses dix dessins de Raphaël. "Léon Bonnat considère le dessin comme étant à l'origine du geste créateur, poursuit Benjamin Couilleaux. Il s'intéresse à l'intimité du geste, à son côté spontané, beaucoup moins arrêté ou formel que le tableau par exemple. Le dessin est à la source de l'art. Il est souvent préparatoire à la réalisation d'autre chose : une sculpture, une fresque ou un tableau." Cet appétit pour le processus d'élaboration se reflète donc dans les collections léguées au musée par le peintre bayonnais : une collection qualitative, progressivement constituée par un professionnel au regard fin et avisé. En plus des dix dessins de Raphaël, on compte aussi 26 Dürer, 115 Géricault - dont 5 études préparatoires au célèbre tableau "Le Radeau de la méduse", 83 Delacroix, 95 Ingres… Et cette collection s'accompagne d'historiques prestigieux qui constituent des fondamentaux pour les historiens d'art.

    "Raphaël, le maître, ses élèves, ses copistes dans les collections du musée Bonnat-Helleu", Benjamin Couilleaux, éditions Snoeck, 18 €
    Lire également > Le musée Bonnat-Helleu célèbre Raphaël

    A lire aussi

    Actualités

    Agenda