• [Aller au menu]
  • Actualité

    Une alimentation adaptée aux chèvres et aux brebis

    L'alimentation des chèvres et brebis est si besoin complétée de maïs et de foin. Ici, des chevreaux nés en début d'année.
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Les chèvres ont l'habitude des pentes escarpées. Elles s'y nourrissent de ligneux comme les ronces.
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Les brebis, comme ce troupeau de Manech tête noire acquis l'an dernier, se régalent des graminées qu'elles trouvent dans les douves des remparts.
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat

    Depuis une quinzaine d'années, la Ville  prend soin de chèvres et de brebis, qui jouent un rôle d'auxiliaires auprès de l'équipe de fauchage. L'accès aux pentes escarpées des remparts n'est pas toujours sans risque pour l'homme, alors que les chèvres y sont à l'aise. Elles s'y régalent de végétaux ligneux, comme les ronces et autres tiges de bambous, tandis que dans les douves, les brebis trouvent les graminées dont elles sont friandes. 
    Et p
    endant les mois de l'année où la végétation est moins dense, l'alimentation de ce petit cheptel est complétée avec du foin, ainsi que du grain et du maïs en période d'allaitement.

    Ne pas nourrir les animaux

    Les Bayonnais se sont habitués à leurs présences en milieu urbain et apprécient de leur rendre visite de temps à autre. Mais il est recommandé d'éviter de les toucher et surtout de ne pas les nourrir. "Même si cela part d'un bon sentiment, le pain, et même les déchets verts ramassés dans les jardins, ne leur sont pas forcément bénéfiques, explique Franck Dongieu, responsable de l'équipe de fauchage. Nous déplorons régulièrement des cas d'animaux malades à cause d'une nourriture inadaptée." Des panneaux explicatifs vont en ce sens être posés aux abords des remparts et des terrains de tennis de l'Aviron Bayonnais où chèvres et brebis ont élu domicile.

    A lire aussi

    Actualités