• [Aller au menu]
  • Actualité

    Merci Aurore ! Et toute l'équipe du service Éducation

    Aurore, animatrice du temps périscolaire
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Pour répondre aux règles sanitaires et respecter la distanciation physique, chaque élève travaille seul sur une table.
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Les 70 % des élèves de l'école élémentaire La Citadelle qui ont repris sont actuellement accueillis à mi-temps.
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Pour animer les temps périscolaires, les agents de la Ville ont dû imaginer de nouvelles manières de jouer.
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Pour aider à lutter contre la contagion du coronavirus, il est demandé à chaque élève de se laver régulièrement les mains.
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat

    Durant cette phase de déconfinement, la Ville de Bayonne assure la continuité des services dans plusieurs domaines, le plus souvent au contact de la population.
    Nous vous proposons de partir à la rencontre de ces acteurs du service public qui contribuent à notre quotidien aujourd'hui.

    Entretien avec Aurore du service Éducation.

     > Quelles sont vos fonctions habituelles ?

    Aurore : je participe aux animations en temps périscolaire le matin, à la pause méridienne et le soir à la sortie des classes jusqu'à 18h30. Je m'occupe également du pointage à la cantine et de l'entretien des locaux en binôme avec une collègue à l'école élémentaire de la Citadelle.

     > Qu'est-ce qui change dans votre travail durant cette phase de déconfinement ?

    Aurore : en temps normal, nous accueillons 90 élèves à l'école ; à l'heure actuelle, 70 % d'entre eux sont revenus à mi-temps. Compte tenu des conditions sanitaires, l'accueil des enfants change. Ils se lavent les mains en rentrant dans l'école. On leur demande de respecter les distanciations physiques. Contrairement à leurs habitudes, ils sont répartis entre la salle d'accueil, où ils sont dix au maximum, et les salles de classe. Je fais donc, pour une part, la surveillance depuis le couloir. L'ambiance est donc un petit peu moins conviviale, plus contraignante, chacun devant rester vigilant..

    > Qu'avez-vous mis en place pour conjuguer vos missions avec le respect des règles sanitaires en vigueur ?

    Aurore : les enfants étaient très anxieux au début du déconfinement. Nous avons donc essayé de les rassurer, ce que nous avons d'ailleurs réussi à faire puisqu'ils reviennent volontiers ! Nous avons mis en place des marquages au sol, sous forme de rondes sous le préau, que les enfants respectent patiemment malgré leur jeune âge. Ils prennent les choses avec une certaine philosophie. La plus grosse frustration à surmonter est l'interdiction de les prendre dans les bras pour les consoler quand ils en ont besoin. Pour compenser, les élèves de CP ont inventé le câlin virtuel et cela marche plutôt bien !

    > À titre personnel, comment vivez-vous cette phase de déconfinement ?

    Aurore : au début, j'étais assez anxieuse, comme les enfants. J'appréhendais leur façon de réagir. Et finalement nous avons mis en place des manières de jouer différentes, nous avons cherché des solutions ensemble. Ma collègue et moi avons toujours besoin de rassurer les enfants qui ne reprennent que maintenant, mais cela se fait progressivement. J'ai également remis en place certaines activités manuelles, et là aussi, je trouve les enfants compréhensifs. Ils savent qu'ils ne peuvent pas se passer les objets aussi facilement qu'avant, qu'il faut les désinfecter.  Puis, nous comptons sur l'allégement des règles pour enfin rejouer au cerceau, au ballon - des jeux qui leur manquent vraiment en ce moment.

    A lire aussi

    Actualités