• [Aller au menu]
  • Actualité

    Petit tuto pour un portrait réussi

    Même confinés, il est possible de jouer avec la lumière en photographiant un objet du quotidien, ou un proche. Suivez les conseils de Mathieu Prat !
    © Mathieu Prat

    Même confinés, il est possible de jouer avec la lumière en photographiant un objet du quotidien, ou en faisant le portrait d'un proche. Voici les conseils simples à mettre en œuvre du photographe professionnel Mathieu Prat.

    > Cliquez sur l'image pour l'agrandir et suivre les divers conseils avant de réaliser vos portraits. 
    Photos prises avec un appareil photo reflex, sans accessoire lumière professionnel

    1 - Marin confiné : j’ai comme colocataire un grand capitaine, brave petit bibelot de 15 cm de haut. Ce vieux loup de mer va naviguer hors de sa bibliothèque pour vous donner quelques petits conseils et astuces qui mettront en lumière vos créations… avec les moyens du bord, car avec 3 fois rien on peut cent fois tout, mille millions de sabords !
    © Mathieu Prat
    2 - Echelle des plans : ce sont des valeurs de cadres, dont la terminologie peut varier. Cette valeur doit être choisie en fonction de ce qui se passe dans le cadre. Comme dans tous les arts visuels, la composition c’est la construction d’une image. Elle révèle l’intention d’une photographie, ce qui lui donne son sens.
    © Mathieu Prat
    3 - Exemple d’un plan taille : en légère contre plongée pour grandir un peu notre modèle bien moins imposant qu’un grand phare. Ni vraiment de profil, ni de face, le vieux renard des mers pose fièrement presque de trois quarts.
    © Mathieu Prat
    4 - Exemple d’un contre-jour : la lumière est la clé de voûte en photographie. Photo-graphier signifie littéralement « écrire avec la lumière ». Ici, le soleil tape dur dans le dos du capitaine, créant un contre-jour. Le personnage semble légèrement sous-exposé par rapport à l’arrière plan de façades bayonnaises, elles très éclairées. La lumière n’est donc pas idéalement équilibrée, mais avec une petite astuce magique on peut la corriger…
    © Mathieu Prat
    5 - Correction du contre-jour : la lumière extérieure est pourtant encore la même, mais une simple feuille d’aluminium froissée, telle une petite vague de mer aux pieds de notre marin, lui donne meilleure mine, l’aluminum réfléchissant simplement en ricochet les rayons du soleil. Selon l’effet recherché, bien d’autres supports pourront vous aider : carton blanc, feuille de papier, miroir, etc…
    © Mathieu Prat
    6 - Réglages micro studio : faute de lumière naturelle, il vous reste les sources artificielles. En exemple, un principe de base : une lumière douce pour le visage, une plus forte dans le dos. Ici la frêle flamme d’une bougie et un mini projecteur plus puissant à l’arrière. Cela s'appelle une « découpe », car elle renforce les contours d’une silhouette, la lumière détachant graphiquement le sujet d’un fond plus sombre.
    © Mathieu Prat
    7 - Essayez maintenant de reproduire ce principe en grand avec un modèle vivant. Testez avec une lampe de bureau, de salon, l’écran d’un téléphone et pourquoi pas avec la lumière du frigo ! Votre éclairage « studio » confiné est prêt. Reste à choisir votre cadre !
    © Mathieu Prat
    8 - Portrait de Fin : pour mon copain marin « Sergio », j’ai retenu un petit cadre italien. Bien que muettes, toutes les images racontent des histoires. Imaginons, comme au coin du feu, que cette lueur réchauffe le cœur de ce grand navigateur, qu’il voit déjà venir au large des jours meilleurs...
    © Mathieu Prat

    Le bonus « sourire » de Mathieu Prat
    Pour les portraits, les vrais..

    La palette d’expressions de ce marin en bois étant somme toute très limitée, elle ne vous aidera pas pour les petites astuces qui mettent à l’aise et donc en valeur vos modèles maison. Vos proches que vous aimeriez conserver longtemps sur une photo, bien vivants.
    Les photographes entendent tous les jours « Ah non ! moi je ne suis pas photogénique ». Aussi, afin d’éviter les sourires figés, les expressions un peu fausses et crispées et autres regards inquiets qui chantent en silence « Je ne m’aime pas, quelle horreur, c’est affreux, je vais encore être hideux… », deux solutions :

    • Votre modèle est volontaire : parlez-lui tout le temps pendant la petite séance. Si vous êtes un brin filou et patient, même les plus récalcitrants finiront par oublier l’objectif qui les vise. Ne lui dites pas quoi faire. Comme dans la vie, ce qui marche le mieux reste toujours le naturel…
    • Votre modèle est du genre réticent : ne le faites pas poser et faites vous absent. Puis un jour, vous serez très discret, le seul complice de votre gentil forfait sera votre doigt sur le déclencheur, prêt à dégainer au moment que vous jugerez parfait. Votre modèle involontaire pourrait bien un jour vous remercier.

    Un bon portrait est bien souvent le fruit d’un instant « volé ». Le but est de savoir l’attraper ! A vous de jouer !

    Sergio et moi vous souhaitons un bon confinent et le meilleur de tous les vents ! 

    A lire aussi

    Actualités