• [Aller au menu]
  • Actualité

    Six conseils de psy pour mieux vivre les vacances confinées

    Pour accompagner les enfants en période de confinement, Florence Labescau, psychologue clinicienne en Cmpp donnent quelques conseils.
    © DR
    Florence Labescau, psychologue clinicienne en Centre médico-psycho-pédagogique
    © Florence Labescau

    La cohabitation n’est pas un long fleuve tranquille. La proximité, sous le même toit, en famille et pendant les vacances scolaires, peut faire naître des disputes et exacerber les tensions. Découvrez les conseils de la psychologue Florence Labescau* pour surmonter cette épreuve et optimiser cette situation inédite.

    Tenter de rester positif… 
    Plus facile à dire qu’à faire ! En regardant de l’autre côté de la montagne, le paysage peut paraître plus ensoleillé. Chasser l’humeur maussade et les pensées négatives. La façon dont vous verrez le monde conditionne l’ambiance de la maison. Alors, une idée positive par jour permet de relativiser. Et chacun peut y contribuer.

    S’accorder du temps pour soi ! 
    Ce n’est pas égoïste, c’est apprendre ses limites et les faire reconnaître aux autres. Alors, pas de culpabilité. Se remettre dans sa bulle, c’est recharger ses énergies. Les temps calmes, chacun dans son espace, sont plus que nécessaires. Il est important de les ritualiser dans la journée.

    Prendre de la hauteur et de la distance ! 
    Cela permet d’éviter les débordements. Au début, l’exercice peut paraître difficile, mais une fois lancés, vous deviendrez adepte du lâcher-prise, du "ce n’est pas grave".

    Se satisfaire des petites victoires du quotidien 
    Oui, c’est comme cela que l’on tient. Ne pas se fixer d’objectifs surdimensionnés, accepter le temps comme il vient, redécouvrir le silence, le vide… Contentez-vous de petits objectifs auxquels chacun des membres de la famille peut contribuer au quotidien. Chacun à sa manière peut devenir acteur.

    Mais pour cela, il faut savoir laisser place 
    Et c’est peut-être le plus difficile. Dans la course du quotidien, chacun a pris l’habitude de gérer à sa façon. Faire de la place, c’est accepter que l’autre ne fasse pas pareil. Et "pas comme vous", ne veut pas dire que c’est moins bien. Vos enfants vous étonneront ! Accorder à l’autre la possibilité de faire à sa manière, c’est aussi lui donner l’occasion de prendre davantage d’initiatives. Faites-leur confiance, prenez de la distance !

    Dernier conseil : soyez confiants, tout ira bien. N’oubliez pas que les parents parfaits n’existent pas, les enfants parfaits non plus. L’essentiel, c’est de faire du mieux que l’on peut !

    *Florence Labescau, psychologue clinicienne en Centre médico-psycho-pédagogique

    A lire aussi

    Actualités