• [Aller au menu]
  • Actualité

    Merci Denis ! Et toute l'équipe de la régie du stationnement

    Denis, agent d'accueil au parking Tour-de-Sault
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    La nuit aussi, les parkings couverts sont placés sous vidéo-surveillance
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Denis assure des rondes de nuit au parking Tour-de-Sault et dans d'autres parkings
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat

    Durant le confinement, la Ville de Bayonne assure une continuité des services dans plusieurs domaines, le plus souvent au contact de la population.
    Nous vous proposons de partir à la rencontre de ces acteurs du service public qui contribuent à notre quotidien aujourd'hui.

    Entretien avec Denis, agent d'accueil à la régie du stationnement

    > Quelles sont vos fonctions habituelles ?
    Denis : je travaille de nuit au parking Tour-de-Sault où j'accueille le public et le renseigne. Je suis chargé de vérifier le système de sécurité incendie et assure l'entretien, ainsi que les premières réparations du matériel. Je suis par ailleurs itinérant, c'est-à-dire que j'assure des rondes dans d'autres parkings, le parking Sainte-Claire et les parkings de surface, où j'interviens en cas de besoin. Quant à mes horaires, je travaille habituellement de 21h à 6h cinq nuits de suite, suivies de jours de repos, mais en cette période, je travaille jusqu'à 5h du matin six jours de suite.

    > Qu'est-ce qui a changé dans votre travail durant cette période de confinement ?
    Denis : la nuit, nous sommes normalement deux en début de semaine et trois en fin de semaine sur les parkings Tour-de-Sault, la Gare et Sainte-Claire. En ce moment, nous ne sommes plus que deux du lundi au samedi soir, l'un à la Gare, moi à Tour-de-Sault, car le parking Sainte-Claire n'est ouvert qu'aux abonnés la nuit. De même, parce que les parkings de surface sont provisoirement gratuits, la plupart de mes collègues ont été placés en réserve. Certains interviennent sur d'autres missions : deux gardes champêtres aident par exemple à la distribution des paniers des producteurs locaux place des Basques et une collègue intervient auprès du CCAS pour la livraison des repas à domicile. Pour éviter d'avoir trop de monde sur le terrain, l'effectif du service de maintenance a également été réduit avec la mise en place d'un dispositif d'astreinte. Et parce que nous ne recevons plus de public, les collègues du service administratif sont en télétravail.

    > Ces conditions de travail particulières modifient-elles votre relation avec le public ?

    Denis : non, si ce n'est le fait qu'évidemment, nous voyons moins de monde. Je ne croise pratiquement personne, parfois une ou deux par nuit, parfois aucune.

    > À titre personnel, comment vivez-vous cette crise sanitaire ?
    Denis : c'est un peu dur pour moi qui suis motard, car je ne peux plus rouler. Je fais aussi partie d'une association qui organise des baptêmes en moto les week-ends au profit d'un enfant atteint d'une maladie dégénérative, et nous avons dû tout annuler, y compris nos rassemblements et concentrations. Ce qui est un peu frustrant.

    > Lire plus de témoignages d'agents municipaux

    A lire aussi

    Actualités