• [Aller au menu]
  • Actualité

    L'Atalante a été inauguré

    Ouvert depuis avril dans sa nouvelle version dotée de trois salles, le cinéma L'Atalante a été inauguré mercredi 28 août
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat

    Sur son nouveau site au 3-5 quai Amiral Sala, le cinéma d'art et d'essai L'Atalante a été inauguré mercredi 28 août.

    L'inauguration a été rythmée par un Aurresku dansé en deux versions par Bilaka et la compagnie Illicite Bayonne, suivi d'un concert du Tropical Jazz Club, mais aussi par la projection du film Portrait de la jeune fille en feu, Prix du scénario au festival de Cannes 2019, en présence de la réalisatrice et marraine de L'Atalante Céline Sciamma. Le fidèle public du multiplexe s'était rendu en nombre à cette soirée festive.

    L'Aurresku présenté par Bilaka
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Inauguration du cinéma d'art et d'essai L'Atalante mercredi 28 août par le maire de Bayonne, en présence de la réalisatrice Céline Sciamma, marraine du cinéma, du président de l'association Cinéma et cultures et de plusieurs élus municipaux
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat

    Un écrin unique

    L’architecture délibérément contemporaine du cinéma conçue par le cabinet Randja, visible de l’Adour comme de la Nive, est audacieuse et innovante. L'intérieur du bâtiment rénové retranscrit les valeurs de la salle historique de la rue Denis-Etcheverry : la convivialité et la chaleur y sont rendues par la présence du bois, dont le bar et une résille en bois massif ; l'entrée de lumière naturelle, assurée par de grandes ouvertures, ainsi que le choix d'un mobilier vintage viennent originalement renforcer l'âme si particulière de ce cinéma d'art et d'essai.

    Céline Sciamma, réalisatrice et marraine du cinéma, était de la fête
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat
    Le fidèle public, venu en nombre pour l'inauguration du cinéma L'Atalante
    © Ville de Bayonne - Mathieu Prat

    Une programmation singulière

    Quant à la programmation, elle est comme toujours exceptionnelle, avec des films en VO et des rétrospectives. Elle est d'autant plus riche qu'elle jongle entre trois salles de tailles complémentaires, soit 405 fauteuils au total, pour donner à voir des films que l'on ne trouve pas dans les cinémas classiques.
    La rentrée 2019 s’annonce à ce titre particulièrement  riche avec, dans la foulée de l’inauguration :
    > six réalisateurs invités sur le mois de septembre, dont César Diaz, lauréat de la Caméra d’Or à Cannes avec Nuestras madres.
    > des  soirées-concerts,  dont  la  venue  du  chanteur Botibol pour  une  soirée  en  partenariat avec l’Atabal (et l’avant-première du film Atlantique, Grand Prix du Jury à Cannes).

    Des chiffres éloquents

    Depuis son déménagement sur le quai Amiral-Sala, les chiffres de fréquentation de L'Atalante sont exceptionnellement élevés.
    > 15 000  entrées  réalisées  sur  le  mois  de  mai (avec  les  films  de  Cannes,  un
    record absolu dans l’histoire de l’Atalante)
    > Près de 50 000 entrées sur les cinq premiers mois d’ouverture du cinéma
    > + de 75% de fréquentation sur la période 
    > 100 000 spectateurs sur la saison 2018 - 2019
    > un record d’adhérents (1808) malgré une saison un peu chahutée

    A lire aussi

    Actualités

    Agenda

    • Projection - Derrière les mots

      Cinéma Débats Solidarité

      Documentaire écrit et réalisé par Laetitia Tomassi

      Avant d’être un.e “migrant.e”, un.e “réfugié.e”, on est avant tout une femme, un homme, une mère, un fils. Avec ses problèmes familiaux, ses responsabilités, ses convictions, ses engagements, sa personnalité. On se projette dans le futur avec un métier, une famille, de meilleures conditions de vie. On a des rêves et des aspirations, pour soi, ses enfants, son pays… Comme tout le monde.