• [Aller au menu]
  • Conférence

    Actualités

    Agenda

    • L’Eldorado des Bastidots. De la Basse-Navarre à Saint-Domingue et à Cuba (18ème et 19ème siècles)

      Conférence

      par Pierre Force, Professeur de Littérature française et d'histoire à l'Université Columbia de New York.

      Avant la grande vague d'émigration vers l’Amérique du Sud au 19e siècle, les habitants des communautés rurales basques et béarnaises émigrèrent en assez grand nombre au cours du 18e siècle vers la partie française de l’île de Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti). Certains firent fortune comme planteurs de café, furent chassés de Saint-Domingue dans les années 1790 par l’insurrection de leurs esclaves, et se réfugièrent à Cuba, où ils refirent fortune au début du 19e siècle. Le cas de quelques habitants de La Bastide Clairence permettra une réflexion sur les liens entre ces mouvements migratoires et l'organisation des communautés rurales pyrénéennes en « sociétés à maisons ». On examinera en particulier le rôle complexe des coutumes successorales dans la décision d'émigrer, et on reconstituera les réseaux qui facilitèrent l'émigration.

       

       

    • La première invasion du Portugal par l'armée napoléonienne (1807-1808)

      Conférence

      par Natalia Griffon de Pleineville, historienne et rédactrice en chef de plusieurs revues militaires.

      La campagne de l'armée française au Portugal en 1807-1808 fut la première invasion de ce pays par les troupes napoléoniennes. Sous les ordres du général Jean-Andoche Junot, ami personnel de Napoléon et candidat potentiel au maréchalat, après une dure traversée de l'Espagne, l'armée arriva enfin à Lisbonne, trop tard pour empêcher le départ de la famille royale. L'Empereur pouvait désormais réaliser son projet d'inclure le royaume lusitanien dans son orbite.
      Dès les premiers jours, Junot, devenu duc d'Abrantès, chercha à se faire aimer et entreprit un vaste programme de réformes. Cependant, rien n'alla comme prévu. La domination française, qui s'accompagnait de contributions et d'exactions, exaspéra le peuple qui se révolta contre les envahisseurs. Les Anglais ne tardèrent pas à débarquer et à mener une campagne victorieuse contre les troupes françaises empêtrées dans d'innombrables difficultés.
      Après la bataille de Roliça, dans laquelle le général Delaborde fit montre des procédés tactiques que son adversaire, le futur duc de Wellington, utilisera avec succès dans les années à venir, les Britanniques remportèrent une grande victoire à Vimeiro, sans pouvoir l'exploiter. L'habileté diplomatique du général Kellermann permit aux Français de conclure un traité inespérément avantageux. Junot évitait ainsi la colère de Napoléon mais perdait sa chance de gagner un bâton de maréchal.
      Première d'une longue série des campagnes des Français dans la péninsule Ibérique, l'expédition de 1807-1808 mérite que l'on s'y attarde. Moins connue que les guerres conduites par Napoléon en personne en Europe centrale, elle constitue un chaînon important dans l'histoire des campagnes militaires du Premier Empire. par Natalia Griffon de Pleineville, historienne et rédactrice en chef de plusieurs revues militaires.